Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 mai 2011

Les lois de la jungle

Animal Kingdom, lois de la jungle, pègre, gangster, australie, Melbourne, famille,noir, David Michôd,Jacki Weaver,Ben Mendelsohn,violent,Guy Pearce,brut, dur,Sylvain Métafiot,

 

Après le retour (forcé) à une vie animale faite de mysticisme et de questionnement existentiel dans Essential Killing, voici la plongée suffocante dans l’arène des grands fauves de Melbourne. A croire que le documentaire animalier est en vogue ces temps-ci… Plus sérieusement – et d’humour il n’est pas du tout question ici – c’est avec l’effet d’un coup de poing au ventre que l’on ressort du visionnage d’Animal Kingdom : le souffle coupé et abasourdi. N’y allons pas par quatre chemins, le premier film de l’Australien David Michôd est une pure réussite. A la fois réalisateur et scénariste, il nous livre un thriller aussi féroce que tragique. Ce n’est pas pour rien qu’il a raflé le jackpot aux « oscars » australiens… Synopsis : Sa mère morte d’une overdose d’héroïne, Joshua est recueilli par sa tante qui l’intègre au reste de la famille, tous des malfrats. La police tente d’approcher l’adolescent pour en faire leur indic, ce qui ne sera pas du goût de ses oncles. Bienvenue chez la famille Cody.

Lire la suite

mardi, 03 mai 2011

Le rouge et le blanc

ssential Killing, rouge et blanc, Vincent Gallo, chasse à l'homme, traqué, Pologne, Jerzy Skolimowski,prison, nature hostiel, hiver,angoisse, Emmanuelle Seigner,existentiel, Sylvain Métafiot,

 

Il faut le reconnaître, le mois d’avril fut un peu maigre en matière de films intéressants. Malgré le très touchant La Nostra Vita, le virevoltant Detective D et en attendant The Tree of Life, les salles obscures faisaient un peu peine à voir. D’autant plus que le sombre Easy Money eu surtout les faveurs des salles parisiennes… Mais c’était sans compter sur une petite merveille venue de l’Est, Essential Killing. Astucieux mélange de film d’action et de film d’auteur, plus spirituel que politique (en ce sens, ne pas se fier à l’affiche polonaise du film). Capturé par les forces américaines en Afghanistan, un homme, qui semblerait être un taliban, est envoyé dans un centre de détention tenu secret (les fameuses prisons secrètes de la CIA). Lors d'un transfert en Europe centrale, il réchappe d'un accident et se retrouve en fuite dans une forêt inconnue et oppressante. Traqué sans relâche par une armée sans existence officielle, il fera tout pour assurer sa survie. Peut-être au prix de ce qui fait de lui un homme…

Lire la suite

vendredi, 29 avril 2011

Death Note le retour ! [Best Of Ma Pause Café]

 #article publié précédement en 2009#

85v4uzvb.jpg

Death Note


Aujourd'hui c'est une petite bombe, qui est à l'honneur lors de votre pause café tant adorée !

Ce manga, du type « Shonnen » a pris plusieurs formes tels que la version papier « manga », les films ( 3 au compteur) et l'animé.

Je vais vous parler de ce dernier, car il m'a littéralement bluffé, non que dis je ÉPOUSTOUFLÉ!

  • Divisé en 37 épisodes d'une vingtaine de minutes ce « shonnen » est à vous couper le souffle, et vous surprend à chaque épisode.

=>Si vous voulez découvrir la suite cliquez ici.

Lire la suite

lundi, 14 février 2011

Némésis de l’âme

Némésis de l’âme, Black Swan, Darren Aronofsky,Natalie Portman, folie, sublime, danse macabre,vincent cassel,ballet,grotesque, perfection, hallucinations, épouvante,thriller psychologique, le lac des cygnes,fantastique,Sylvain Métafiot

 

 

En 1876, Tchaïkovski ne se serait certainement pas douté que son ballet Le Lac des cygnes deviendrait le plus connu de par le monde, joué des milliers de fois dans les plus grands opéras et adapté au cinéma avec force et maestria. Ainsi, Black Swan de Darren Aronofsky, nous entraîne dans l’envers du décor du New York City Ballet, à la recherche de Nina Sayers (époustouflante Natalie Portman), avant qu’elle ne se perde. Ce joli petit canard d’une troupe où la concurrence est rude, aussi appliquée qu’introvertie, épousera un destin aussi glorieux qu’expéditif, dans une atmosphère baroque matinée de fantastique. Plongée au cœur d’un conte de fée qui vire au cauchemar. (Et qui dévoile, en partie, l’intrigue…)

Lire la suite

lundi, 24 janvier 2011

Dirty Brown

harry-brown-affiche.jpg

 

 

Trop récemment relégué à des seconds rôles (de qualités néanmoins : The Dark Night, Inception), l’immense Michaël Caine se retrouve enfin, à 77 berges, en tête d’affiche, endossant le costard so english d’Harry Brown, justicier des temps moderne qui, sans super-pouvoirs ni fougue juvénile, arpente le chemin tortueux de la vengeance froide et sommaire. En laissant sur son passage bon nombre de cadavres. Mais pourquoi qu’il s’énerve le pépé ? Parce qu’il n’en a plus rien à foutre, pardi ! Veuf et ayant perdu sa fille, il apprend que son vieil ami Leonard s’est fait tailladé à coups de baïonnette, et là c’est le déclic. Son objectif : surmonter sa peur et faire payer les salauds responsables de ce meurtre. Harry Brown c’est la curiosité britannique de ce début d’année. Un film non exempt de défauts qui vaut surtout pour la lutte, manichéenne, entre un vieillard charismatique, brutal mais digne, et une altérité radicale et interchangeable (des voyous sans reliefs) dans une ambiance crépusculaire de chaos urbain.

Lire la suite

samedi, 18 décembre 2010

Philosopher à 4 ans : et ce n'est qu'un début !

La philosophie à 4 ans : ce n’est qu’un début !

 

59074488.png

 

Le film « Ce n’est qu’un début » est sorti au cinéma le 17 novembre, et pourtant je n’en ai entendu parlé que très récemment. Il vous invite à suivre des cours de philosophie à l’école d’application Jacques Prévert de Le Mée-sur- Seine, dans une ZEP de Seine-et-Marne. Rien d’extraordinaire me direz-vous ? Les cours de philosophie on connait et c’est juste rébarbatif. Sauf que ces ateliers à visée philosophique se déroulent en maternelle avec des élèves de 4 ans !




 

Qu’est-ce qu’un enfant de 4 ans sait sur l’amour ? la richesse ? l’intelligence ? La bande annonce nous apporte déjà quelques réponses. « L’amour c’est le code ». « Une fille ça peut pas être amoureuse d’une autre fille ». Les enfants ont-ils réfléchi tous seuls à ces questions ? On en doute. L’influence des parents est bien présente et c’est justement ce que je trouve intéressant dans ce film : comprendre les codes de la société grâce aux enfants, savoir ce que disent les adultes chez eux, loin des conventions.

 

D’ailleurs je me demande bien à quoi ressemblent les parents de cette petite fille qui dit : « Il est en prison Nicolas Sarkozy ».

 

Mais ce film, que je n’ai toujours pas vu bien que je vous en parle, dévoile aussi des fractures plus profondes, comme ce petit garçon qui dit « Moi j’aimerais bien être blanc et pas noir ». Je ne pensais pas entendre un enfant de 4 ans prononcer ces paroles. Existe-t-il une telle fracture entre les blancs et les noirs en France ? Le racisme est-il déjà (omni)présent dans la vie d’un enfant de 4 ans ?

 

Je vous en dirais plus sur ce film quand je l’aurais vu. En tout cas j’espère y trouver une réponse au problème de ma vie : où ranger le nutella ?

GN

(extrait du film)

dimanche, 12 décembre 2010

Critique de film : Monsters de Gareth Edwards !

Monsters

 de Gareth Edwards

 Monsters-Affiche-USA-1.jpg

Caméra infra rouge, un militaire chantonne la Walkyrie, clin d'oeil à Apocalypse Now. On est pourtant bien loin des hélicoptères qui survolent la côte au son de Wagner pour traumatiser la population vietnamienne. Pas de vues aériennes grandioses ni de mise en scène spéctaculaire, Gareth Edwards qui vient pourtant des effets spéciaux a choisi de faire un film de science fiction minimal plus proche d'un road movie sentimental que de Terminator Renaissance. 

Lire la suite

mardi, 07 décembre 2010

Sur le fil de la machette

Machete-Full-Poster-2.jpg

 

Souvenez-vous, c’était en juin 2007, Quentin Tarantino et Robert Rodriguez décident de sortir un diptyque de film d’horreur-épouvante intitulé GrindHouse et composé de deux hommages aux vieilles séries B des années 70 : Boulevard de la mort de Tarantino et Planet Terror de Rodriguez. Le second étant nettement meilleur que le premier, Tarantino se faisant de plus en plus bavard dans ses films (comme en atteste Inglorious Basterds). Bref, ces deux bonnes parodies débutaient chacune par une flopée de fausses bandes-annonces dans le pur style GrindHouse et réalisée par des maîtres du genre comme Rob Zombie (La maison des 1000 morts, The devil’s rejects), Eli Roth (Cabin fever, Hostel), Edgar Wright (Shaun of the dead, Hot Fuzz, et le récent Scott Pilgrim) et Robert Rodriguez himself (El Mariachi, Une nuit en enfer, Sin city). Parmi ces petits chefs-d’œuvre figurait Machete qui fut tellement acclamé par les fans qu’ils réclamèrent un véritable long-métrage. C’est désormais chose faite.

Lire la suite

samedi, 23 octobre 2010

Oh oui, Facebook-moi !

 

the-social-network-movie-poster.jpg

 

Un film sur Facebook donc. LE film sur Facebook dont on parle tant. Heureusement, non, mais nonusverrons cela plus bas, en détails. Quoi qu’il en soit, l’évènement était d’autant plus attendu qu’on retrouve le doué David Fincher aux manettes et Aaron Sorkin (créateur de la série The West Wing) au scénario. Après un décevant Benjamin Button, allions-nous retrouver l’excellence d’un Zodiac ? Pas si sûr…

Lire la suite

jeudi, 22 juillet 2010

Inception : Nouveau chef d'oeuvre de Christopher Nolan

Inception : Nouveau chef d'oeuvre de Christopher Nolan

inception-trailer-movie-leonardo-de-caprio1.jpg

 

On savait Christopher Nolan doué pour les films, jamais je n’aurai pu imaginer vouloir revoir un film autant qu’après celui-ci…

Christopher Nolan, signe là avec le Prestige (the Pledge), Batman Begins The Dark Night et The Memento, un de ses plus grand succès.

Pour un film doté d’un si gros budget et visant un si grand public on aurait pu a priori penser que l’histoire aurait été fade, et bien pantoute !!! (Comme dirait nos amis québécois .)

Lire la suite