mapausecafe.net, blog de société, de politique, de culture et d'économie. La fin d'un café ne signifie plus l'arrêt du débat !Accueil mapausecafeActualitésEconomie, Marketing et CommunicationCinéma et filmsMusiqueDesign et GraphismeDivers et autres articlesInsolite et humour
mapausecafe.net, blog de société, de politique, de culture et d'économie. La fin d'un café ne signifie plus l'arrêt du débat !

lundi, 15 septembre 2014

la série du lundi : répétitions

didier reynaud, répétition, photographiedidier reynaud, répétition, photographiedidier reynaud, répétition, photographie

Lire la suite

jeudi, 11 septembre 2014

Le feu follet : l'élégance du désespoir

 

« Essayez, si vous le pouvez, d'arrêter un homme qui voyage avec son suicide à la boutonnière. »

Jacques Rigaut, Pensées

 

Rares sont les romans ayant eu la grâce d’une bonne adaptation cinématographique. Deux adaptations réussies, cela tient du miracle. Le feu follet de Pierre Drieu la Rochelle fut de ceux-là : adapté une première fois en 1963 par Louis Malle, puis en 2011 par le Norvégien Joachim Trier sous le titre Oslo 31 août.

 

Nul doute que Louis Malle réalisa son plus beau film en portant à l’écran la vie d’Alain Leroy (Maurice Ronet, d’une perfection troublante), dandy fatigué traînant son amertume le long des boulevards gris de Paris, bercé par les crépusculaires Gnossiennes d’Erik Satie. Tentant de soigner son addiction à la drogue, il est fatigué de regarder les autres vivre. Alain n’a pas très envie d’entrer dans la vie malgré les protestations et les encouragements de ses proches. Le docteur La Barbinais tente ainsi de le persuader que la vie est bonne, mais dans le roman la lucidité du personnage lui impose la retenue : « Il n’osait pas lui protester que la vie était bonne, faute de se sentir en possession d’arguments bien aigus. » En effet, quels pitoyables arguments pourraient prodiguer à Alain ceux qui ne cessent de s’apitoyer sur sa mauvaise mine et ses coups de cafard, ceux qui lui font subir leur pitié désapprobatrice (« c’est un raté et un envieux ») ?

Lire la suite

mercredi, 10 septembre 2014

L'interview du mercredi : Julien Loisel

Bonjour Julien,

Merci de répondre à notre interview,

1.    Tout d’abord peux-tu te présenter ? (et oui il y a encore des malheureux en ce bas monde qui ne te connaissent pas…)

 

Je suis auto-entrepreneur en webmarketing -depuis 6 mois maintenant-, vis près de Paris et suis également passionné de musique. J’ai étudié à Strasbourg et aux États-Unis, vécu en Normandie (d’où je suis originaire), à Marseille et désormais dans la capitale.

 

julien loisel, between the lines, didier reynaud

Lire la suite

lundi, 08 septembre 2014

la série du lundi : les détails de la Vie

détails du quotidien : parce que la Vie, comme la beauté sont simplement l'affaire de détails !

didier reynaud, détails, photographie

 

didier reynaud, objets, photographiedidier reynaud, détails, photographie

Lire la suite

mercredi, 03 septembre 2014

lancement de l'interview du mercredi !

Nouvelle rubrique :

 

chaque mercredi ou presque nous aurons une petite interview d'une personne de notre entourage ou une personne qui nous inspire (ou les deux)

si vous souhaitez être interviewé vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : mapausecafe@gmail.com en nous indiquant :

votre nom + prénom + fonction / profession + passions + une petite bio de 3_5 lignes sur vous ! l'idée : vous mettre en avant pour pas un rond et nous donner envie de vivre votre vie, votre passion, vos coups de gueule !

 

561952_475317872486872_1863443452_n.jpg

lundi, 01 septembre 2014

la série du lundi revient de vacances !

Bonjour à tous et à toutes !

Qui dit septembre, dit rentrée, dit mauvais temps, dit stress, dit métro, boulot et dodo... rattrapages des mails en retard, dossier à clore avant la fin de l'année.... déprimant n'est ce pas ?

 

Heureusement, Mapausecafé est là pour vous sortir de ce blues !

Alors nous vous annonçons le retour de votre série préférée du Lundi ! Pour bien commencer la reprise, il fallait des photos de chats !

didier reynaud, chats, photographiedidier reynaud, chats, photographie

Lire la suite

mardi, 12 août 2014

À rebours avec Huysmans

 

« C'est l'histoire d'un misanthrope qui se coupe du monde pour se nourrir de son propre fonds (l'histoire d'un homme assis, dira-ton, à la manière d'André Gide). C'est aussi l'histoire d'un malade que sa névrose contraint à vivre en vase clos. L'histoire d'un aristocrate en rupture avec ses contemporains qui se consacrent au culte de l'argent. L'histoire d'un esthète qui amasse des valeurs dont il perçoit les dividendes sous les espèce d’œuvres d'art et d'ouvrages littéraires. L'histoire d'un amateur d'autres mondes, qui s'exile derrière le miroir afin de se laisser porter par ses rêveries, ses rêves, ses souvenirs ou ses réflexions. Ou encore celle d'un homme qui, ayant la conviction de vivre une période de « décadence », l'incarne dans son propre corps, dans chacun de ses goûts, chacune de ses activités, transformant une conception de l'Histoire en art de vivre. »

Présentation de Daniel Grojnowski

Lire la suite

lundi, 04 août 2014

Le charabia des philosophes

 

Dédicace à Hegel, Martin Heidegger, Jacques Lacan, Jacques Derrida, Roland Barthes, Alain Badiou, Michel Foucault, Slavoj Žižek, Bernard Stiegler, Peter Sloterdijk... et tous les jargonneux prétentieux.

 

*

*     *

 

charabia,philosophes,sylvain métafiot,jargon,prétentieux,verbeux,obscurs,jeanne hersch,hegel,martin heidegger,jacques lacan,jacques derrida,roland barthes,alain badiou,michel foucault,slavoj Žižek,bernard stiegler,peter sloterdijk,raffaele la capria,henri bergson,arthur schopenhauer,illisible,clareté,lumière« Le truc consiste à artistiquement écrire d'une façon obscure, c'est-à-dire incompréhensible. La vraie subtilité consiste à arranger son galimatias de manière à faire croire au lecteur que c'est lui qui se trompe s'il ne comprend pas, alors que l'écrivain sait très bien qu'il est seul responsable, vu qu'il ne dit rien de clairement compréhensible, de clairement pensé. [...] Chaque misérable scribouillard [peut ainsi se délecter] dans une obscurité prétentieuse, barbante, de façon à laisser croire qu'il n'y avait pas de mots en mesure d'exprimer ses éminentes ou profondes pensées. Au lieu de s'efforcer par tous les moyens d'être clair pour le lecteur, il semble lui crier d'un air narquois : "Je suis sûr que tu ne peux deviner ce que j'ai dans l'esprit !" Si ce dernier, au lieu de répondre : Va te faire voir ! Et de jeter le livre, s'efforce en vain à y voir clair, il finit par croire que le livre doit être quelque chose de très habile, dépassant sa capacité de compréhension, et, haussant les sourcils, qualifie l'auteur de penseur profond. »
Arthur Schopenhauer, Parega et Paralipomena

Lire la suite

mardi, 29 juillet 2014

Contre Foucault

 

Il fut une période où, lisant à l’université des extraits d’un philosophe considéré comme un génie subversif et novateur, je tombais sous le charme de sa pensée, récitant les antiennes obligatoires à son endroit, le citant sur le blog avec fierté ça et , etc.

 

Des années après, je découvre un ouvrage incongru, provocant, battant en brèche les idées reçus patiemment collectées sur ce « grand » penseur auprès des professeurs, journalistes et autres cultureux officiels. Un livre au titre impertinent : Longévité d’une imposture : Michel Foucault de Jean-Marc Mandosio aux (excellentes) éditions de L’Encyclopédie des Nuisances, suivi de Foucaultphiles et foucaulâtres. Extraits :

Lire la suite

dimanche, 06 juillet 2014

La dernière série du lundi avant les vacances

Chers tous,

Pendant deux mois la série du lundi s'absente, il faut reposer un peu son esprit et recharger les batteries.

Elle sera de retour le lundi 1er septembre !

Bonne vacances à vous,

On a hâteDSC_0415.JPG de vous retrouver !

didier reynaud, vacances, photographiedidier reynaud, vacances, photographie

Lire la suite