mapausecafe.net, blog de société, de politique, de culture et d'économie. La fin d'un café ne signifie plus l'arrêt du débat !Accueil mapausecafeActualitésEconomie, Marketing et CommunicationCinéma et filmsMusiqueDesign et GraphismeDivers et autres articlesInsolite et humour
mapausecafe.net, blog de société, de politique, de culture et d'économie. La fin d'un café ne signifie plus l'arrêt du débat !

lundi, 21 avril 2014

la série du lundi : orange

Une série un peu spéciale sur l'orange, celle-ci porte à la fois la symbolique du rouge et du jaune, utilisée à de nombreux fins, cette couleur permettrait de montrer à la fois un côté dynamique et accessible.

Dans l'Hindouisme, et même le Bouddhisme elle voudrait dire "la révélation divine de l'amour", enfin l'orange est en réalité un rouge plus clair, plus chaud, et plus agréable à l'oeil car plus accessible, et plus visible. N'oublions pas non plus que le Orange est la couleur par excellence historiquement du commerce équitable. À ce propos j'ai le plaisir de vous informer que mon exposition photo "un autre regard" sera à Reims du 30 avril au 18 mai prochain. + d'infos ici !didier reynaud, orange, photographie

 

didier reynaud, orange, photographie

didier reynaud,orange, photographiedidier reynaud, orange, photographie

Lire la suite

mardi, 15 avril 2014

Her, le divorce de la machine

Her image.png

 

« Ce qui a été, c'est ce qui sera, et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera; et il n'y a rien de nouveau sous le soleil. »

Eccl 1 ;9

 

Il ne faut pas voir Her comme un film romantique à l’air numérique, ni même comme de la science-fiction à l’eau de rose. C’est au contraire un film d’anticipation dur et radical dans son message malgré l’esprit léger et aérien qui le traverse. Par bien des aspects, Her ressemble à un mythe grec, une tentative d’amour entre l’homme et une déesse, ici Théodore et Samantha, littéralement l’adorateur de Dieu et le nom de Dieu (en grec féminisé). La déesse n’est pourtant pas une fiction, un être supérieur dans un hypothétique Panthéon. Il s’agit de la machine avec tout ce qu’elle a de concret dans notre quotidien, un OS, un Smartphone.

Lire la suite

lundi, 14 avril 2014

la série du lundi : Paris sera toujours Paris

didier reynaud, paris, photographiedidier reynaud, paris, photographie

Lire la suite

dimanche, 06 avril 2014

la série du lundi : Bleu

Le bleu est une invitation au voyage, une ode à l'espoir. Quelques musiques en rapport avec le bleu sont disponibles en cliquant sur les images. N'hésitez pas à nous rajouter en commentaire vos morceaux traitant du bleu !

Bleu voyage !

didier reynaud, bleu, photographiedidier reynaud, bleu, photographiedidier reynaud, bleu, photographie

Lire la suite

mardi, 01 avril 2014

Mécontent des résultats des municipales, le gouvernement annule les élections !

1er avril,sylvain métafiot,peuple,bertolt brecht,la solution,racisme,classes laborieuses,2005,référendum,jean-françois copé,jean roucas,wagner,najat vallaud-belkacem,gouvernement,didier reynaud,politique,élections municipales,fn,ump,ps,nazi,annule,mécontent,résultat,olivier py

 

Stupéfaction au sortir du second tour des élections municipales : profondément mécontent du score de la gauche et du fort taux d’abstention (36 %), le nouveau gouvernement de Manuel Valls, en accord avec les différents partis politiques de gauche, a décidé de frapper un grand coup en annulant les résultats du scrutin de dimanche soir !

Lire la suite

dimanche, 30 mars 2014

La série du lundi : la musique adoucit les moeurs

vous pouvez cliquer sur chaque image pour écouter un extrait musical de mon cru ;)

didier reynaud, musical, photographiedidier reynaud, musique, photographiedidier reynaud, musique, photographie

Lire la suite

mercredi, 26 mars 2014

Orwell : le frivole et l’éternel

« Ce qui me pousse au travail, c’est le sentiment d’une injustice et l’idée qu’il faut prendre parti, car même si nous ne pouvons rien empêcher, il faut tenter quelque chose pour s’y opposer. »

 

gazettarium,1984,écriture,écrivain,éternel,frivole,guerre,horreur,intellectuel,jardinage,la ferme des animaux,langage,liberté,orwell,politique,poum,simon leys,socialisme,stalinisme,sylvain métafiot,totalitarisme,tyrannie,vie simple.Le plus grand écrivain politique du XXe siècle détestait la politique. L’homme aux mots simples et au regard innocent n’était pas avare en paradoxes, lui qui se définissait par provocation comme anarchiste conservateur tout en précisant que « la vraie distinction n’est pas entre conservateurs et révolutionnaires mais entre les partisans de l’autorité et les partisans de la liberté. » (Lettre à Malcom Muggeridge, 1948). Partisan de la liberté, il l’était assurément, ne cessant de mettre en garde contre la politique qui, « par sa nature même, implique violence et mensonge. » Mais sa méfiance se portait contre tous ceux persuadés de détenir la vérité et forçant les autres à s’y soumettre.

Lire la suite

lundi, 24 mars 2014

la série du lundi : le torchon brule

Les élections qui viennent d'avoir lieu, la probable indépendance de la Vénitie, l'invasion de la Crimée par la Russie, les manifestations en Espagne, les scandales politiques à répétitions en France, le renforcement de loi homophobes un peu partout notamment en Ouganda ou en Inde, sans parler du reste, chômage en hausse, crise sociale et culturelle, et ces différents articles traitant de la fin de notre civilisation me laissent à penser, que définitivement le torchon brule et que jamais le Monde n'a été aussi secoué et proche d'une certaine fin. Le Torchon brûle, mais est ce pour mieux redémarrer, ou bien tout simplement le signe annonciateur de terribles événements ? A nous dorénavant de faire de notre mieux pour se préserver et comprendre les autres. didier reynaud, feu, photographiedidier reynaud, feu, photographiedidier reynaud, feu, photographie

Lire la suite

samedi, 22 mars 2014

« Il faut ramener la joie de vivre ensemble » : interview de Jean-Wilfried Martin

 

Le CLIC recevait M. Jean Wilfried  Martin candidat UMP à la mairie de Villeurbanne.  Pour l’interroger, Sebastien Gonzalvez et Etienne Azzab du Lyon Bondy blog, Jean-Philippe Bonan et Sylvain Metafiot de Forum de Lyon et Ma Pause Café, épaulés à la technique  par Patrice Berger de Radio Pluriel.

 

Vous pouvez écouter l’intégralité de l’entretien ici

 

M. Jean Wilfried Martin, vous êtes tête de liste UMP pour les municipales de Villeurbanne, pouvez vous vous présenter pour nos auditeurs qui ne vous connaissent pas ?

J’ai 40 ans, je suis né dans la charmante région de la Sarthe, plus précisément à La Suze-sur-Sarthe. J’ai un père cheminot, ce qui m’a fait beaucoup voyager en France. Je suis arrivé dans la région Rhône-Alpes en 1983. J’ai terminé mes études secondaires à Annecy. J’ai ensuite poursuivi mes études supérieures à Valence, puis à l’Inssa toulouse. Je suis venu à Lyon pour faire mon service militaire au quartier Général Frère, ce fut une très bonne expérience. Et après avoir travaillé à Paris, je suis à Villeurbanne depuis 2007.

Je tiens à préciser que je suis tête de liste UMP-UDI et c’est une grande première à Villeurbanne depuis 2001. Nous avons travaillé ensemble depuis plusieurs mois avecRichard Morales, le représentant de l’UDI local afin de présenter une liste unie de la droite et du centre.

 

Comment se sont déroulées les négociations avec M. Morales ?

Elles se sont très bien passées. On a fait le même constat d’une politique municipale insuffisante par rapport aux besoins des Villeurbannais. On a établi à quatre mains un programme afin de remonter le niveau de la ville dans le but d’en faire vraiment la 19ème ville de France et de donner aux Villeurbannais les services auxquels ils ont droit.

Lire la suite

« La ville doit créer de la richesse avec les ressources sur son territoire » : interview d’Eric Lafond

 

Les élections approchent, le CLIC continue ses rencontres avec les candidats. Cette fois-ci nous interrogeons Eric Lafond candidat centriste à la mairie de Lyon. Pour l’interroger, Sebastien Gonzalves et Etienne Aazzab du Lyon Bondy blog et Jean-Philippe Bonan et Sylvain Métafiot du Forum de Lyon et de Ma Pause Café, épaulés à la technique par Patrice Berger de Radio Pluriel.

 

Vous pouvez écouter l’intégralité de l’entretien ici

 

M. Éric Lafond vous êtes candidat centriste pour les municipales de Lyon, pourtant vous n’êtes soutenu ni par le modem ni par l’UDI qui ont préféré, par le biais de M. Geourjon, de se rallier à Michel Havard. Alors pourquoi ce choix de se présenter sans l’appui des partis centristes ?

sylvain métafiot,forum de lyon,aerotram,élections municipales,eric lafond,lyon,modem,udi,interview,ressources,sécurité,campagne,2014Peut-être parce que les partis centriste ne sont plus vraiment en mesure de construire une offre électorale au centre. Après, il y a toujours un débat sur qui est centriste et qui ne l’est pas. Christophe Geourjon je le connais bien, c’est un ancien de la maison UDF, on s’est retrouvé à la construction du Modem. C’est un garçon qui se considère de droite, ce qui est très légitime et très honorable, mais son positionnement revient mécaniquement à chaque fois dans sa famille politique c’est-à-dire la droite. C’est pourquoi aujourd’hui, comme en 2008, il est avec l’UMP, ce qui est très naturel.

Pour répondre à votre question, j’ai la conviction qu’il faut une offre alternative au centre qui se définisse par son contenu, par la modernité de ses idées de ses propositions et c’est ce que nos proposons aux Lyonnais lors de cette élection municipale.

 

Personnellement, vous ne vous positionnez ni à droite ni à gauche ?

En fait, le positionnement ce n’est pas tant celui-là que la nécessite d’amener des idées nouvelles dans le débat électoral. Il y a des gens qui sont à notre droite, par culture et par tradition ; et il y a des gens qui sont a notre gauche. Nous on amène une autre approche sur les difficultés quotidiennes, de nouvelles solutions, de nouvelles réponses. C’est en cela que le centre peut exister : par sa capacité à être identifié par un contenu politique différent de ce que propose l’UMP et le PS. Par définition, nous sommes des modérés. On ne fait pas campagne contre les autres on ne cherche pas de boucs émissaires ou des responsables aux échecs du passé, on cherche de nouvelles solutions. C’est le fait d’être modérés, modernes et innovants qui nous construit en tant que centristes.

Lire la suite