Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 août 2009

Sale temps pour les journalistes Russes

Anna_Politkovskaya.jpg

 

Le droit à la liberté d'expression en Russie, qui n'avait jamais existé du temps du Communisme, a connu un véritable essor du temps de Gorbatchev et cette libéralisation s'est poursuivie sous la présidence de Boris Eltsine. Toutefois, l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine a progressivement étouffé toutes les voix critiquant le pouvoir. Les grandes chaînes de télévision ont été peu à peu rachetées par des hommes à la botte des autorités, et les autres médias (journaux, radios) censurés. Seuls quelques irréductibles - comme la radio « Écho de Moscou » et « Novaïa Gazeta » le journal d'Anna Politkovskaïa - essaient de survivre. Mais ces médias ne sont lus et écoutés que par une infime partie de la population et uniquement dans les grandes villes. Ces journalistes courageux risquent à tout moment de se prendre une balle pas vraiment perdue. Anna fut la troisième journaliste de « Novaïa Gazeta » à disparaître dans des circonstances dramatiques. La journaliste se savait menacée depuis longtemps. Elle avait déjà fait l'objet de plusieurs agressions et s'apprêtait - au moment de son assassinat - à publier un long article sur Ramzan Kadyrov (alors premier ministre pro russe de Tchétchénie) et la situation dans le Caucase du Nord. Plus d'un an après son assassinat, la procurature annonçait que neuf personnes avaient été arrêtées. Certains ont été relâchés depuis mais trois restent officiellement inculpés (dont deux personnes d'origine tchétchène). Récemment, le chef du comité d'enquête auprès du parquet de Russie a déclaré que son assassin se trouvait en Europe de l'Ouest mais pour l'instant c'est le blackout. Les assassins seronts certainement démasqués un jour mais en ce qui concerne l'identité du commanditaire c'est une autre histoire... Le cas d'Anna Politkovskaïa est emblématique de la lenteur avec laquelle sont menées les enquêtes concernant tout assassinat ou toute maltraitance envers des défenseurs des droits humains. Il arrive souvent que l'enquête soit close simplement parce qu'on ne peut - ou ne veut - découvrir les coupables, qui restent donc impunis. C'est cette même impunité que dénonçait sans cesse Anna Politkovskaïa.

 

Poutine6.jpg

Et elle n'est pas la seule : depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine, au moins 22 journalistes ont été assassinés pour avoir voulu exercer leur profession librement. Leurs crimes ? Avoir enquêté sur des sujets aussi sensibles que la corruption, l'impunité accordée à ceux qui enfreignent les lois, les hommes politiques qui ne sont pas d'accord avec le gouvernement, la guerre dans le Caucase du Nord...

 

Les autorités russes ont par ailleurs édicté des lois qui entravent formellement tout droit à la liberté d'expression et recourt à des méthodes datant de l'ex-URSS pour faire taire les voix dissidentes. Ainsi, plusieurs journalistes ont été enfermés dans des hôpitaux psychiatriques et d'autres sont menacés de subir le même sort s'ils continuent à vouloir s'exprimer librement.

 

Sylvain Métafiot

 

Source : Amnesty International

vendredi, 17 juillet 2009

Les ailes du désir contre la burqa

burqa-sexy.jpg

Pour Jean-Paul Brighelli (dont je reprends le titre de son article), ce n'est pas au nom de la laïcité qu'il faut proscrire le voile intégral, mais au nom du désir, expression de la civilisation. Voici sa réflexion passionnante, à laquelle je souscris entièrement :

 

« C'est l'été. Autant se laisser aller, avec le reste de la presse, à un peu de fantaisie déshabillée.

D'autant que l'actualité nous y incite : à l'initiative de 58 députés de tous bords, que je salue, une Commission parlementaire se penche désormais sur la question de savoir s'il faut autoriser en France les horreurs obscures qui réussissent si bien en Afghanistan et au Pakistan.

Ne reculant devant aucun sacrifice, Bonnetdane apporte ici sa contribution au débat qui enflamme déjà les burqas - façon de parler...

Lire la suite

dimanche, 28 juin 2009

Violences policière : l’impunité de la force

 

456d183f6c310ea0d227dbd7c7573b5f.jpg

Le 9 mai 2008, dans l'après-midi, Abdelhakim Ajimi se rend à sa banque. Il essaie de retirer de l'argent mais le distributeur refuse l'opération. Abdelhakim s'énerve, devient agressif, le directeur de l'agence décide d'appeler la police... Un peu plus tard, Abdelhakim est rejoint à proximité de son domicile par un groupe de policiers qui tente de le maîtriser. Il semble qu'il résiste violemment... Un témoin indique que les policiers le plaquent au sol : l'un d'eux le frappe de son poing à deux reprises, un second exerce une pression du genou sur son dos, tandis qu'un troisième le tient par le cou en l'étranglant... A 16h30, Abdelhakim Ajimi meurt au poste de police de Grasse où il a été embarqué.

 

Lire la suite

vendredi, 26 juin 2009

Michaël Jackson, Un roi est mort

 

 

michael_jackson.jpg

 

C'est à 14h26 (21h26 heure française) que La Star emblématique du Pop est décédée des suites d'un arrêt cardiaque.

Michael Jackson bien qu'accusé à tort ou non de renier sa couleur, était considéré pour beaucoup comme un "non noir-non blanc" bien loin de n'importe quel personne de couleur ou pas.

Et malgré certaines affaires judiciaires houleuses, il est resté le meilleur représentant de la Pop.

Il devait démarrer une tournée de concerts " it is me" à Londres à partir du 13 juillet, les milliers de place pour ces 50 concerts avaient été vendus moins de deux heures après leur mise sur le marché ! C'est dire si la star avait encore du potentiel !

C'était un peu un symbole, surtout un artiste exceptionnel qui s'est éteint. Star, mais pas seulement, musicien, chanteur, danseur, comédien même !

Il fut brillant lors de sa carrière de 40 ans puisqu'il commenca par les Jackson Five dès l'âge de 10 ans.

Il restera avec son parcours extraordinaire comme un King jamais égalé, et ses titres "Thrillers" ou "Billy Jane" ou encore "White or Black" resteront des modèles du genre.

A n'en pas douter suivra plusieurs articles traitant de son parcours, mais ce court résumé est une manière de remercier Michael pour nous avoir fait vibrer peu importe notre âge, notre sexe, notre nationalité, sans distinction ! On se souviendra de sa lutte contre le SIDA et de son discours en Afrique, ainsi que ses nombreuses participations à des oeuvres caritatives.

Lors de ses dernières apparitions publiques, il était apparu maigre et apparement malade.

Merci à lui, aujourd'hui le monde a changé, une étoile s'est éteinte.


dimanche, 07 juin 2009

Tristes élections pour une si belle Europe

6a00d83452ba1569e201156f8460ad970c.jpg

 

Les élections législatives européennes sont fondamentales pour la construction permanente de cette grandiose entité supra-nationale qu'est l'Europe. Et pourtant, les citoyens européens s'en balancent (honte sur eux !), les partis politiques ne les motivent pas (honte sur eux !! Merci pour l'image lamentable que certains responsables donne  à la télévision !), et on ressort les clichés et les vieilles lunes de 2005, lors du débat sur le projet de constitution européenne !

 

Pourtant, un député européen a plus de pouvoirs qu'un député national. Il vote plus librement, aucune majorité n'est automatique car il faut en construire une chaque fois que l'on adopte une loi européenne. De plus, le Parlement européen est la seule institution démocratique supra-nationale réunissant 27 Etats d'un même continent. Moins l'on vote, plus les administrations et les dirigeants politiques nationaux se sentent libres de décider entre eux pour l'Europe. Plus l'on vote et plus la toute jeune démocratie européenne a des chances de grandir et le point de vue des citoyens d'être pris en compte.

 

Bref récapitulatif historique afin de se mettre dans l'ambiance. L'Europe est née de pères fondateurs français et allemands, tous démocrates chrétiens-sociaux, comme on disait à l'époque. Ils avaient pour nom Jean Monnet, Robert Schuman, Konrad Adenauer. Ils ont évidemment reproduit, à l'échelle communautaire, les idéaux et « réflexes » sociaux qui inspiraient leurs politiques nationales : production, croissance et redistribution.

Lire la suite

mardi, 26 mai 2009

L’Université : amour du savoir et anti-compétitivité

photo-127463.jpg

 

Je ne me retiens pas. Après plusieurs mois d'une lutte acharnée (qui n'est pas près de finir) des enseignants-chercheurs et des étudiants contre les réformes gouvernementales (voir l'article http://www.mapausecafe.net/archive/2009/02/11/sarko-le-py... ), l'édito de Bernard Maris (alias l'économiste Oncle Bernard pour les habitués) dans Charlie Hebdo (20.05.2009) fut tellement jouissant à lire (aussi bien que ceux du regretté Philippe Val) que je ne résiste pas, donc, à vous le livrer dans son intégralité. Cela dénote, encore une fois, une certaine flemmardise de ma part, j'en suis conscient (quoiqu'il faut se le retaper en entier le texte, hé !). Régalez-vous donc : « Etudiants, jouissez de la fac, profs, faites votre nuit du 4 août ! »

Lire la suite

samedi, 23 mai 2009

Antigone aux Célestins

Du mercredi 13 au samedi 23 mai 2009, le théâtre Lyonnais Les Célestins, accueillent un classique de la dramaturgie antique : Antigone de Sophocle (nouvelle traduction de Florence Dupont).

 

P2010011.JPG


Sophocle, sans doute le plus grand tragédien athénien, obtient un succès à l'image de la grandeur de la cité. À 30 ans, il remporte un concours dramatique face à Eschylle et, dès lors, enchaîne les concours avec une régularité et un éclat jamais démentis. Avec cent vingt-trois tragédies dont seulement sept nous sont parvenues, tel Antigone et Œdipe Roi, Sophocle a donné sa forme définitive au genre tragique. Il poursuit l'œuvre d'Eschylle en faisant passer le nombre de comédiens de deux à trois et a développé la trilogie libre où chaque épisode est indépendant des autres. Si la vie de Sophocle est placée sous le signe de la lumière, il n'en va pas de même pour ses personnages, écrasés par leur destin et sombrant toujours plus dans l'obscurité, à l'instar de Œdipe, roi condamné par les dieux à la cécité.

 

Lire la suite

dimanche, 03 mai 2009

Eloge de France Culture

France%20Culture.jpgDans l'océan de conneries qui nous submerge parfois, que ce soit à la télé, à la radio, dans des feuilles de chou ou dans notre entourage, on trouve quelques perles de ravissement intellectuelles. Parmi elles, France Culture se classe sur le haut du podium radiophonique.

Certes, on pense tout de suite au gros mot à la mode : élitisme. Oula ! Une radio qui se démarque des plébéiennes vulgarités du tout venant médiatique. Rendez-vous compte ! Mais, malgré quelques rares attitudes en forme de « je te regarde de haut », France Culture est plus que nécessaire de par sa dissidence vis-à-vis du flot inepte des médias.

Elle n'a pas d'équivalent dans le monde. Elle procède d'une gestion pacifiée du minutage et du rythme, seul moyen de s'affranchir des halètements stériles du chronométrage médiatique. Emancipée des sottes tyrannies de l'audience elle s'éloigne ainsi du formatage rhétorique et de l'affaissement de l'intelligence.

Lire la suite

mercredi, 29 avril 2009

Les paranos ne datent pas d'hier

Emmanuel Kreis, chercheur en science religieuses à l'Ecole pratique des hautes études, publie Les puissances de l'ombre. Juifs, jésuites, francs-maçons, réactionnaires... La théorie du complot dans les textes (CNRS Editions), un florilège édifiant (et terrifiant) de falsifications utilisées à des fins politiques. Dans une interview à Charlie Hebdo (14/01/2009) il montre que les théories conspirationnistes ne sont pas nées avec le 11 septembre (à ce sujet voire l'article http://www.mapausecafe.net/archive/2008/09/11/les-paranos... ) mais sont récurrentes au cours de l'histoire, dès qu'il s'agit de trouver un bouc émissaire :

 

9782271067869.jpg

« Avant le XIXème siècle, ce sont surtout les francs-maçons qu'on accuse de comploter. Il y a eu aussi les Templiers, les jésuites, les protestants. En 1789 des théories conspirationnistes sont élaborées aussi bien par les révolutionnaires que par les contre-révolutionnaires. À la fin du XIXème siècle, ce sont souvent les occulistes qui sont visés, parce qu'ils étaient très à la mode à cette époque, via le mouvement martiniste, et l'Eglise leur reprochait d'oeuvrer pour le Diable. Puis il y a eu les anarchistes, à la suite d'attentats qu'ils ont commis à Montceau-Les-Mines en 1882, et aussi les communistes, notamment aux Etats-Unis pendant la guerre froide. Bien qu'elles soient fantasmées, les théories conspirationnistes entraînent des conséquences bien réelles : par exemple, dans l'Espagne franquiste, les francs-maçons pouvaient être exécutés sommairement.

 

Au XIIème siècle, par exemple, à Norwich, en Angleterre, un enfant est retrouvé tué. On accuse aussitôt les Juifs d'avoir réalisé un crime rituel, commandité par un conseil secret de Juifs à Narbonne. Ce sont des prémices, mais le premier texte faisant véritablement l'état d'un complot juif n'apparaît qu'en 1830.

 

Les théories du complot sont toujours une arme politique. Prenons l'exemple de la Révolution française. Les révolutionnaires, Saint-Just entre autres, accusent les émigrés ou la noblesse étrangère de comploter. Cela leur permet de désigner un ennemi, et également de répondre à un éventuel échec, en disant : « on » nous a empêchés de réussir. Chez les contre-révolutionnaires, c'est différent. Les théories du complot s'ajoutent à la théorie dimension divine. Ils voyaient tout à travers Dieu, et la révolution est un événement brutal qui modifie la société. Est-ce que Dieu peut abandonner la société ? Non, donc c'est forcément un complot diabolique.

 

Néanmoins, sous l'épaisse couche de fantasme, il y a, dans certains cas, une part de vérité dans ces théories. Par exemple, dans les années 1930, on trouve des théories du complot concernant les communistes. De fait, elles n'étaient pas complétement infondée, car le but des communistes était bien la prise du pouvoir. A coté de ça, il y a évidemment beaucoup de théories fausses de bout en bout, dont les Protocoles des sages de Sion sont l'archétype. Mais entre ces deux extrêmes il y a toute une gamme de théories intermédiaires mêlant une part de réalité au fantasme le plus pur.

 

Pendant la Seconde guerre mondiale, les milieux collabos parisiens ont développé l'idée de la « synarchie », société secrète d'énarques qui seraient manipulé par les banques internationales et les Juifs. C'est là qu'apparaît l'idée d'un complot fomenté par une élite de technocrates. La théorie a perduré après la Libération, quand elle a été reprise par les milieux communistes qui y voyaient un complot fasciste. Cela montre à quel point les mêmes thèmes se transforment et sont repris par les uns ou les autres.

 

paranoia900.jpg

La plupart des textes conspirationnistes proviennent à l'époque de mileux catholiques traumatisés pa r la Révolution. Il y a cependant des théories conspirationnistes de gauche. Par exemple, de 1870 à 1914, les républicains vont inventer des théories d'un complot fomenté par les cléricaux et les jésuites.

 

Aujourd'hui, le complot le plus à la mode est l'idée que le 11 septembre est un coup monté [rumeur propagée par l'extrême droite américaine et européenne et les mileux islamistes] mais les théories les plus anciennes perdurent. Ainsi, le complot jésuite se retrouve d'une certaine façon dans le succès du Da Vinci Code, qui met en scène une conspiration de l'Opus Dei [organisation réellement intégriste]. Les mouvements new age ont repris le thème du complot extraterrestre, qui était en vogue aux Etats-Unis dès les années 1950. Dans certains milieux d'extrême droite, on parle beaucoup des « Illuminati », qui seraient la structure supérieue d'une organisation visant à dominer le monde. »

 

Comme le dit le journaliste, Antonio Fischetti, « il ne suffit pas à une théorie d'être farfelue pour être conspirationniste. Elle doit s'imaginer une organisation transnationale, avec des manipulateurs cachés au sein d'une structure de forme pyramidale, qui ont pour but un changement radical de la société. Même si, au cours de l'histoire, il y a eu des conspirations parfaitement réelles, une « théorie du complot » comporte toujours une dimension fantasmée et délirante. Avec, le plus souvent, des morts à la clé. Finalement, les théories conspirationnistes tuent bien davantage que les vrais complots. »

 

Sylvain Métafiot

 

vendredi, 17 avril 2009

Discours du ministre brésilien de l'Éducation aux États-unis

Au cours d'un débat dans une université américaine en mai 2000, le futur-ex-ministre brésilien de l'Éducation, Cristovam Buarque (nommé en janvier 2003, et remplacé un an plus tard à ce poste par Tarso Genro, ancien maire de Porto Alegre) fut interrogé à propos de l'idée d'internationalisation de l'Amazonie. 

Un jeune Américain lança le débat en disant qu'il espérait la réponse d'un humaniste et non pas celle d'un Brésilien. 

Publiée par O Globo le 23 octobre 2000,  sa réponse a été reprise depuis par de nombreux journaux brésiliens et étrangers.

Lire la suite