Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 02 juillet 2008

Libération de Ingrid Betancourt

Ingrid.jpgDépêche AFP non commentée :

La Colombie annonce la libération d'Ingrid Betancourt

BOGOTA — L'armée colombienne a libéré 15 otages, dont Ingrid Betancourt et trois Américains, otages des FARC. Le ministre de la Défense Juan Manuel Santos en a fait l'annonce mercredi lors d'une conférence de presse.

Information à confirmer bien sûr.

lundi, 30 juin 2008

Manifestation anti-fascisme à Lyon

Cet événement c’est déroulé à Lyon, 1er arrondissement, mercredi 27 février 2008 : la vigilance doit être permanente !

Bruno_Gollnisch.jpg« La jeunesse emmerde le Front National ! ». Mercredi soir l’excitation est à son comble impasse de Flesselles, dans le quartier de la Croix Rousse. Environ 150 personnes, jeunes en majorité, se pressent dans la rue étroite afin de perturber le meeting de Bruno Gollnisch, membre du Front National et député européen, qui vient apporter son soutien a quelques têtes de listes FN de Lyon. Mais la soirée ne se déroule pas comme prévue.

En effet, après s’être rassemblés au Jardin des plantes à 18h00, de jeunes gauchistes (dont certains étudiants à Lyon II) entament une marche en direction du meeting en clamant des slogans sans équivoque : « Le fascisme est une gangrène ! On l’élimine ou on en crève ! »; « Pas de quartier pour les fachos ! Pas de fachos dans nos quartiers !». Cette dernière phrase semble répondre à la provocation de Gollnisch d’organiser un meeting à la Croix Rousse. Le sang de certains habitants de ce quartier, dont quelques uns sont présents ce soir, n’a fait qu’un tour à l’annonce de cette nouvelle. « Ici c’est la Croix Rousse ! Vous ne serez jamais les bienvenus ! Jamais ! » lance l’un d’eux.

Arrivés dans l’impasse de Flesselles à 19h15, les manifestants occupent le carrefour afin d’empêcher quiconque de se rendre au meeting. Face à eux, des vigiles du Parti les toisent du regard. Pourtant, malgré la tension, l’ambiance est décontractée et festive : on boit, on rigole, on envisage des solutions de replis invraisemblables en cas de violence manifeste de la part des militants FN ou de la police. Cette dernière ne tarde pas à arriver, tout d’abord sous la forme de simples patrouilles, puis la BAC (Brigade Anti-Criminalité) les rejoint, suivis enfin, aux alentours de 19h50, des CRS. Ceux-ci se mettent « en position » dans la rue Ornano sans intervenir, faisant face aux manifestants qui continuent de clamer leurs slogans anti-fascistes.

Quelques altercations (sans gravité mais impressionnantes) entre des adhérents/sympathisants du FN s’ensuivent : un homme, d’âge mûr, se rendant au meeting sort un pistolet mais est rapidement maîtrisé et écarté, tandis qu’un autre, se jette au milieu de la foule prétextant qu’on l’a frappé. Si le Front National semble représenter le degré zéro de la politique, le talent de comédien de ses membres ou sympathisants est admirable.

Soudain, des exclamations et des applaudissements s’élèvent de la foule. L’objet de cet enthousiasme : une dame âgée crie de toutes ses forces « Le fascisme ne passera pas ! ». Le combat contre « la bête immonde » n’a pas d’âge.

arton377-190x186.jpg20h00, le meeting devrait déjà avoir commencé et de plus en plus de gens se pressent pour y assister. La police étant restée passive depuis, décide de les « protéger » en formant un couloir de CRS devant le bâtiment. En réaction, les insultes fusent du coté des manifestants : « La police protège le Front National ! » ; « Police partout ! Justice nulle part ! ». La tension monte d’un cran lorsque des jeunes adhérents du FN se mettent à répondre par des saluts nazis et des chants fascistes. Malgré quelques jets de bouteilles de la part de gauchistes énervés et enivrés par l’alcool, le statu quo est maintenu : chaque « camp » se dévisage tout en s’injuriant, le cordon de CRS posté au milieu.

La suite n’est qu’un défilé saccadé de personnes se rendant au meeting sous les sifflets et les huées des manifestants anti-fascistes et sous la protection de la police qui semble résolue à ce simple rôle, sans réelle volonté d’interpellation, même si six cars de CRS arrivent en renfort et que certains policiers tirent, sans raison apparente, sur les chiens de jeunes punks.

Le face-à-face dure jusqu’à 21h00, le temps que les jeunes se dispersent calmement non sans lancer quelques derniers « No pasaran ! » énergique.

 

Sylvain Métafiot

jeudi, 26 juin 2008

La fin de l’Europe ?

Les irlandais à 53% ont voté contre le traité de Lisbonne…

Pourquoi un tel vote…

 

D’abord on le sait l’Irlande n’a jamais été très pro européenne.Mais cela n’explique pas tout.

Face à la montée des crises en Europe continentale, et face à l’incertitude sur bien des points les irlandais ont eu sans doute peur.

 

Ce vote rappelle le vote Non des français en 2005. Ainsi à peine 3 ans après les non français et hollandais l’Europe retombe dans une crise…et mets à mal la crédibilité de Nicolas Sarkozy.

 

Personnellement je ne comprends pas pourquoi ce traité n’est pas décidé par les européens eux-mêmes.

Lorsque l’Europe et toutes ses éminences auront compris qu’on ne dirige pas l’Europe d’une main de fer, elle pourra se construire.

 

A quand une Europe sociale, a quand une Europe qui s’interesse plus à ce qui se passe dans ses pays qu’une Europe qui veut dominer internationalement le monde.

 

Le malheur de l’Europe et de nous puisque nous sommes tous européens c’est que nous refusons systématiquement une avancée.

Pour moi Lisbonne était une avancée, bien des points notamment sur l’économie et la vision libérale étaient à revoir, mais au moins ont aurait eu ça, puis beaucoup de points houleux de la constitution étaient enlevés.

 

Comment faire face à cette nouvelle crise, Bruxelles à déjà autorisé l’Irlande à se donner 6 mois pour refaire voter ses citoyens.

Bruxelles par contre n’a pas reconnu les problèmes du traité de Lisbonne, tout comme l’Irlande n’a pas su voir les avantages du traité.

 

Pour vous, quel est l’avenir de l’Europe ? Le voyez vous radieux comme lors du rapprochement Franco-Allemand au sortir de la guerre ou bien le voyez vous plutôt maussade et entrecoupé de crises internes et/ou externes ?


J'aimerai juste ajouter un petit avis personnel sur les médias, avez vous remarqué comme ce sujet a été soigneusement évité par les médias télé, alors qu'on avait fait énormement d'émission lors des deux non européens (français et hollandais) n'y a-t-il pas là une auto censure de la part des médias ?


Les européens ont le droit de s'interroger aussi sur leur avenir, et ont aussi le droit de voir et comprendre ce qui se passe hors de  leurs frontières...


Prospectus pour le Oui Européen             Prospectus pour le Non Européenpbp-lisbon-poster.jpg

FG.jpg