Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 octobre 2008

Le sophisme du chauve

Inventé par le Mégarique Eubulide de Milet, ce sophisme est si connu qu’on l’appelle simplement le chauve.


On arrache un cheveu à la tête d’un homme. Celui-ci est-il devenu chauve ? Bien sûr que non. Enhardi, on arrache donc un deuxième cheveu. Cela ne suffit pas davantage à rendre chauve le bonhomme. Puis, un troisième cheveu est arraché, et ainsi de suite, dans une espèce de progression sauvage ignorant tout frein moral. A partir de quel moment peut-on dire que le type est devenu chauve ? S’il faut attendre le dernier cheveu, alors personne n’est réellement chauve (il reste toujours quelque herbe folle sur la tête des plus systématiquement dégarnis). Mais, d’un autre côté, si l’on est chauve malgré quelques cheveux restants, quel est au juste le cheveu (son rang dans la série) qui permet d’établir la distinction entre le chauve et le chevelu ? Si l’on dit, par exemple, qu’avec 25 cheveux on est chevelu, mais qu’avec 24 on est chauve, alors un seul cheveu (le 25e d’après notre exemple) arraché suffirait à rendre chauve. Mais on entre alors dans une contradiction car, jusqu’à présent (c’est-à-dire lorsqu’on a entrepris ce travail assez fastidieux et passablement cruel d’arracher les cheveux), on avait reconnu qu’un seul cheveu ne changeait en rien l’état de la tête.

 

chauve.jpg

 

Le sophisme du chauve, qui semblera particulièrement tiré par les cheveux à plus d’un bénévole, met aussi en évidence la rupture et même l’étrangeté qui existent entre le vocabulaire de la quantité (un, deux, trois…) et celui de la qualité (grand, petit, chauve, chevelu…). Dans la vie quotidienne, nous désignons par des mots simples des évidences sensibles telles que : untel est grand, celui-là est chauve. Nous serions évidemment bien en peine de fixer la limite exacte qui, à nos yeux, sépare le grand du petit et le chauve du pas chauve. Pourtant, cette limite doit bien exister.


Sylvain Métafiot


(Vous avez reconnu le charmant personnage de la photo ? Si oui, vous êtes d’enfer)

lundi, 22 septembre 2008

Le sophisme crocodilien

sophisme-crocodilien.jpg

Ce raisonnement nous est présenté par Quintilien, un auteur latin du 1er siècle, dans son Institution oratoire, qui est un traité de rhétorique.


Un crocodile attrape un enfant qui jouait sur la berge d’une rivière et dit à sa mère : « Si tu me dis la vérité, je te rendrai ton enfant, mais si tu me dis quelques chose de faux, je ne te le rendrai pas ». La mère, habile dialecticienne, punit le crocodile en le mettant dans une situation impossible. Elle dit au reptile : « Tu ne me rendras pas mon enfant ! ».


L’animal se trouve alors en effet dans l’impossibilité d’adopter une quelconque attitude sans tomber dans la contradiction. Car, si la mère dit la vérité en disant : « Tu ne me rendras pas mon enfant », alors que le crocodile devra le lui rendre puisqu’elle a dit la vérité ; mais comme elle a dit « Tu ne me rendras pas mon enfant », elle n’a pas dit la vérité, et alors l’animal ne devras pas rendre l’enfant. Or, en ne rendant pas l’enfant, le crocodile fera que la mère aura dit la vérité, auquel cas…


La phrase prononcée par la mère est dite indécidable. Elle est de type suifalsificateur, c’est-à-dire qu’elle contredit elle-même ses propres conditions de vérité : elle est vraie dans la mesure où elle est fausse et fausse dans la mesure où elle est vraie…

 

crocodile-bleu.jpg

Sylvain Métafiot

jeudi, 18 septembre 2008

Vive les sophistes !

Hippias.gifA travers ce titre j’aimerais réhabiliter un courant philosophique antique dénigré par le plus célèbre des philosophes de cette époque, le bien nommé Platon. Etant personnellement matérialiste cela me permet de lancer une pique sur le courant idéaliste (tous les deux au sens philosophique du terme et non au sens vulgaire).

 

 

Le nom de sophiste a été de la part de Platon l’objet d’une manipulation qui  a particulièrement bien réussi puisqu’elle continue de fonctionner de nos jours. En grec, « sophiste » est un terme qui, dérivé de celui de sage (sophos, le radical qui figure dans philosophos) signifie à peu près la même chose que lui. Un terme valorisant, par conséquent. Aujourd’hui, un sophiste est quelqu’un qui, par ses paroles et ses écrits, cherche à tromper les autres pour obtenir un avantage moral ou matériel. Un sophisme est un paralogisme (un faux raisonnement) volontaire, délibéré, donc conscient (le sophisme est au paralogisme ce que le mensonge est à l’erreur).

 

 

Comment est-on passé du sage au tricheur ? La faute en revient à Platon qui poursuivait les sophistes d’une véritable haine. Ces hommes ont été dans l’histoire de l’Antiquité les premiers professeurs d’art oratoire et de philosophie. Certains d’entre eux ont acquis une renommée et une fortune considérables. Aujourd’hui cette place est prise par les chanteurs et les sportifs. On venait de très loin pour suivre les leçons des sophistes.

 

 

protagoras.jpgPlaton est un aristocrate qui a une vision inspirée, quasi mystique de la philosophie. Pour lui, faire de la philosophie un objet d’enseignement – payé qui plus est – est un avilissement, un véritable crime contre l’esprit. Le débat, on le sait, est loin d’être clos entre ceux qui font de la philosophie un exercice gratuit de l’esprit et ceux qui y voient un métier. Il y a ceux, par exemple, qui font une conférence sur le bonheur payée 3 000 euros devant 500 personnes et ceux qui font une communication gratuite devant leurs collègues sur l’idéalisme transcendantal. Encore qu’un mélange des deux n’est pas impossible…

 

 

Pour les sophistes, la parole et la pensée sont des pratiques qu’une technique appropriée peut entraîner, au sens également sportif du terme. De plus, ces hommes – Protagoras, Gorgias, Hippias, Prodicos – que Platon met en scène dans ses dialogues en prenant soin de forcer le trait jusqu’à la caricature, avaient des prétentions d’habilité et de connaissances exorbitantes. Ainsi, Hippias se vantait-il de pouvoir tout faire et de tout savoir.

 

 

Mais Platon avait un autre grief contre les sophistes, et peut-être était-ce le plus important : politiquement, les sophistes appartenaient au camp des démocrates. Ils croyaient sincèrement que n’importe quel citoyen pouvait accéder aux plus hautes charges de la cité comme accéder au savoir le plus noble. Platon avait une conception ultra-élitiste et hiérarchique de la connaissance et du pouvoir (eugéniste également) ; pour lui, un démocrate est forcément un démagogue et seul un philosophe mérité réellement de gouverner la cité (le philosophe-roi).

 

 

Enfin, Platon, qui dans ses dialogues fait de Socrate (qui n’a jamais rien écrit) non seulement le personnage central mais son porte-parole, a besoin pour l’économie de sa propre pensée de séparer radicalement son maître Socrate du groupe des sophistes auxquels les contemporains l’assimilaient sans difficulté. Il y a d’ailleurs, plus d’un trait commun entre le Socrate, même idéalisé, que Platon met en scène dans ses dialogues et les sophistes présentés comme des repoussoirs, des modèles d’anti et de non-philosophie.

 

 

Des travaux récents ont rendu justice à ces hommes qui, pour les modernes, présentent cette originalité d’avoir été les premiers à considérer la pensée comme un fait de langage et non comme une force métaphysique qu’il s’agirait de capturer dans un moment d’illumination. Le relativisme et le scepticisme des sophistes, que Platon combattait avec la dernière énergie, en font à nos yeux des contemporains.

 

 

Deux idées les rendent particulièrement actuels : celle de la séparation de la loi humaine et de la nature et celle du caractère conventionnel de la loi. Y a-t-on suffisamment songé ? Avec les sophistes, les mythes ne servent plus qu’à illustrer les idées, ils ne les disent plus.

Afin de continuez l’aventure de ce courant de pensé je vous proposerais prochainement quelque uns des sophismes les plus connus.

 

 

Sylvain Métafiot

lundi, 15 septembre 2008

Petite selection de minis films PIXAR

Alors premier petit film celui qui nous présente l'origine du logo de PIXAR :

Deuxième vidéo : une petite lampe perverse

Troisième vidéo :

On croit tous aux miracles

Quatrième vidéo :

For the birds absolumment épatante vidéo à regarder !!

Cinquième Vidéo et dernière vidéo en vous souhaitant une excellente journée !

 

 

Laquelle préférez vous ?

dimanche, 14 septembre 2008

L'avion de Barbie, Florence Foresti

Allez pour détendre l'atmosphère, j'ai décidé de mettre à l'honneur un sketch de Florence Foresti assez peu connu pourtant je crois que c'est un des plus marrants qu'elle a fait !

 

Bonne pause café à vous

 

dimanche, 07 septembre 2008

le présentateur fou

Voici une petite vidéo où le présentateur est devenu complétement fou...

Entre un homme à la voix aigue, et une femme paralysé des jambes, sujets pourtant non comiques, le présentateur ne peut pas se retenir et se contenir...A voir en version anglaise sous titré.

La réaction des invités face au présentateur vaut son pesant de cacahuètes...

Et vous pourriez vous résister à ces voix marrantes ?

vendredi, 05 septembre 2008

vie de merde

Connaissez vous ce site internet :

 

www.viedemerde.fr

 

le principe du site, il vous arrive quelque chose que vous trouvez vraiment digne d'une vie de merde... et les internautes votent pour celle ci...

EtMerde.jpg

Les internautes votent et jugent "je valide c'est une VDM (vie de merde)" ou alors "tu l'as bien mérité"

Alors pour vous une séléction prise dans le top des VDM

 

numéro 1  Aujourd'hui, je suis dans ma 45ème année et je suis toujours puceau. VDM

numéro 2 Aujourd'hui, et après une longue série d'examens, je viens d'apprendre que je suis stérile... Ma femme est enceinte de notre deuxième enfant... Je pense que je vais avoir des questions à lui poser... VDM

 

et une au hasard juste pour la polémique :

Aujourd'hui, un petit garçon dans la rue m'a montré du doigt en disant à sa mère "Regarde maman, c'est Sarkozy !" VDM

 

Voilà je vous conseille d'aller sur ce site, qui nous rassure à la fois sur nos petits tracas quotidiens et qui nous permet aussi de prendre du recul sur celle-là.

 

Je concluerai en citant Bernard Werber qui dit souvent :

Au lieu de chercher leur bonheur, les humains essaient au contraire de réduire leur malheur !

Sans doute VDM illustre bien ces propos puisque le succès de ce site est tel, que dans beaucoup de conversations il revient et que les histoires de la vie de tous les jours sont inarrétables...

Donc, entre une pause café, et mapausecafe.com allez voir VDM.

 

 

 

 

mercredi, 28 mai 2008

Free Tibet ?

Si vous ne pouvez pas lire la vidéo ci-dessous, rendez-vous ici : http://www.dailymotion.com/relevance/search/tibet%2Bjt/video/x5bz2y_journaldusoirfrance4-jo-tibet_fun