Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 novembre 2019

Carole Talon-Hugon : « Une œuvre peut être admirable en dépit d’un défaut éthique »

carole talon-hugon,le comptoir,sl'art sous contrôle,censure,féminisme,injonction moralisatrice,ylvain métafiot

 

Article initialement publié sur Le Comptoir

Carole Talon-Hugon est philosophe, spécialiste d’esthétique, de philosophie de l’art et de théories des émotions. Directrice de publication de la Nouvelle revue d’esthétique et directrice de rédaction de la revue Noesis elle a notamment rédigé « Une histoire personnelle et philosophique des arts » en quatre volumes. Elle vient de publier « L’Art sous contrôle » (PUF), un essai court et documenté qui analyse la nouvelle injonction moralisatrice, se déployant de manière intégriste dans le monde de la culture, à l’aune du « nouvel agenda sociétal » et des « censures militantes ».

Le Comptoir : Ces dernières années, on voit surgir de plus en plus de demandes de boycott de tel film ou de tel réalisateur, de destruction de peintures ou de décrochage photos, de protestation contre des rétrospectives, de censure envers des installations, de pétition contre tel artiste, etc. au nom des combats sociétaux de l’époque (féminisme, combat LGBT, écologie, lutte postcoloniale…). Il semble pourtant qu’une grande partie des artistes d’aujourd’hui se revendiquent de ces engagements. Pourquoi une telle confrontation ?

carole talon-hugon,le comptoir,sl'art sous contrôle,censure,féminisme,injonction moralisatrice,ylvain métafiotCarole Talon-Hugon : Il s’agit là de deux aspects du moralisme ambiant dans lequel se trouvent actuellement plongés les mondes de l’art : d’un côté des artistes affichant l’engagement de leurs œuvres dans des causes sociétales, de l’autre, des critiques militantes émanant des communautés réunies autour de ces mêmes causes, et visant des œuvres qu’elles jugent offensantes. Il y a moins là une contradiction que le recto et le verso d’une même pièce, les œuvres visées par la censure militante n’étant pas celles produites par l’art sociétal. Mais paradoxalement, il arrive que des œuvres affichant des intentions sociétales soient elles-mêmes contestées ; c’est par exemple le cas de la pièce Kanata de Robert Lepage, qui met en scène les Amérindiens du Québec et qui s’est vue accusée d’appropriation culturelle par les descendants de ceux-ci au motif que les rôles d’Amérindiens n’étaient pas jouées par des Amérindiens ; ou bien encore le cas de Scarlett Johansson qui a dû renoncer à jouer le rôle d’un transgenre après qu’on lui a reproché de n’en être pas un.

Lire la suite

samedi, 23 août 2008

Fouad al-Farhan, prisonnier politique Saoudiens

Il n’y a pas que la Chine qui fait parler d’elle en tant que dictature (plus que 24h avant la fin de ces putains de JO !) : le royaume wahhabite est aussi bon élève dans le domaine de la persécution des libres penseurs. Un exemple parmi tant RSF.jpgd’autres ? Fouad al-Farhan, blogueur de 32 ans fut arrêté car il avait osé dénoncer les mœurs politiques saoudiennes. Quelle mauvaise langue ! Quel persifleur ! Jugez plutôt : « Les réformes et l’ouverture annoncées par le roi Abdallah son toujours sans effet sur la vie quotidienne des Saoudiens. Je m’attends à une convocation du ministère de l’Intérieur et je devrais être arrêté dans les deux prochaines semaines. [Quelle lucidité] Cette décision fait suite à mes articles sur les prisonniers politiques ». Et ben vlan ! A force d’être un mauvais sujet du royaume, tu va en être un, toi aussi, de prisonnier politique !

 

Selon Reporter Sans Frontières (RSF), qui réclame la libération de Fouad al-Farhan, la liste noire du Net saoudien compte plus de 400 000 sites, des organisations politiques aux islamistes, en passant par des sites pornos. Pas étonnant que ce charmant pays, figure de proue de l’intégrisme musulman, figure sur la liste des « 13 ennemis d’Internet » publiée par RSF. Et il occupe la 148ème place sur 169 au classement de la liberté de la presse. C’est dans

 

ces conditions que Fouad al-Farhan a lâché sur le Web ses désirs d’avenir (non ce n’est pas un militant de Ségolène !) et de liberté. Son arrestation, reconnue officiellement par le ministère de l’Intérieur, contraste avec la bienveillance dont on fait preuve envers les anciens jihadistes d’Al-Qaïda, remis dans le droit chemin –ou plutôt la bonne charia ! – à coups de rééducation idéologique soft, d’avantages financierset de gâteries diverses. Fouad al-Farhan, lui, avait le culot d’être un démocrate non-violent. Zou, en taule !

 

Sylvain Métafiot

 

Source : Marianne (12/01/08)