Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Métaphysique de la technique : L’Homme et la machine de Nicolas Berdiaeff | Page d'accueil | Labyrinthe mental : Dédales de Charles Burns »

lundi, 02 mars 2020

Le plaisir dans le crime

Le plaisir dans le crime, Sade,Les 120 journées de Sodome, Curval, Durcet, le duc, l'évêque,philosophes scélérats,

 

Le duc voulut soutenir au souper que si le bonheur consistait dans l'entière satisfaction de tous les plaisirs des sens, il était difficile d'être plus heureux qu'ils l'étaient.

 

- Ce propos-là n'est pas d'un libertin, dit Durcet. Et comment est-il que vous puissiez être heureux, dès que vous pouvez vous satisfaire à tout instant ? Ce n'est pas dans la jouissance que consiste le bonheur, c'est dans le désir, c'est à briser les freins qu'on oppose à ce désir. Or, tout cela se trouve-t-il ici, où je n'ai qu'à souhaiter pour avoir ? Je fais serment, dit-il, que, depuis que j'y suis, mon foutre n'a pas coulé une seule fois pour les objets qui y sont ; il ne s'est jamais répandu que pour ceux qui n'y sont pas. Et puis d'ailleurs, ajouta le financier, il manque selon moi une chose essentielle à notre bonheur : c'est le plaisir de la comparaison, plaisir qui ne peut naître que du spectacle des malheureux, et nous n'en voyons point ici. C'est de la vue de celui qui ne jouit pas de ce que j'ai et qui souffre, que naît le charme de pouvoir se dire : Je suis donc plus heureux que lui. Partout où les hommes seront égaux et où ces différences-là n'existeront pas, le bonheur n'existera jamais. C'est l'histoire d'un homme qui ne connaît bien le prix de sa santé que quand il a été malade.

 

- Dans ce cas-là, dit l’évêque, vous établiriez donc une jouissance réelle à aller contempler les larmes de ceux que la misère accable ?

 

- Très assurément, dit Durcet, il n'y a peut-être point au monde de volupté plus sensuelle que celle dont vous parlez là.

 

- Quoi, sans les soulager ? Dit l'évêque, qui était bien aise de faire étendre Durcet sur un chapitre si fort du goût de tous et qu'on le connaissait si capable de traiter à fond.


- Qu'appelez-vous soulager ? Dit Durcet. Mais la volupté qui naît pour moi de cette douce comparaison de leur état au mien n'existerait plus si je les soulageais, car alors, les sortant de leur état de misère, je leur ferais goûter un instant de bonheur qui, les assimilant à moi, ôterait toute jouissance de comparaison.

 

- Eh bien, d'après cela, dit le duc, il faudrait en quelque façon, pour mieux établir cette différence essentielle au bonheur, il faudrait, dis-je, aggraver plutôt leur situation.

 

- Cela n'est pas douteux, dit Durcet, et voilà qui explique les infamies qu'on m'a reprochées sur cela toute ma vie. Les gens qui ne connaissaient pas mes motifs m'appelaient dur, féroce et barbare, mais, me moquant de toutes les dénominations, j'allais mon train, je faisais, j'en conviens, ce que les sot appellent des atrocités ; mais j'établissais des jouissances de comparaisons délicieuses, et j'étais heureux.

 

- Avoue le fait, lui dit le duc, conviens qu'il t'es arrivé plus de vingt fois de faire ruiner des malheureux, rien que pour servir en ce sens-là les goûts pervers dont tu conviens ici.

 

- Plus de vingt fois ? Dit Durcet, plus de deux cents, mon ami et je pourrais, sans exagération, citer plus de quatre cents familles réduites aujourd'hui à l'aumône et qui n'y sont que par moi.

 

- En as-tu profité, au moins ? Dit Curval.

 

- Presque toujours, mais souvent aussi je ne l'ai fait que par cette certaine méchanceté qui presque toujours réveille en moi les organes de la lubricité. Je bande à faire le mal, je trouve au mal un attrait assez piquant pour réveiller en moi toutes les sensations du plaisir et je m'y livre pour lui seul, et sans autre intérêt que lui seul.

 

- Il n'y a rien que je conçoive comme ce goût-là, dit Curval. J'ai cent fois donné ma voix, quand j'étais au Parlement, pour faire pendre des malheureux que je savais bien être innocents, et je ne m'en suis jamais livré à cette petite injustice-là sans éprouver au dedans de moi-même un chatouillement voluptueux où les organes du plaisir de la couille se seraient enflammés bien vite. Jugez ce que j'ai ressenti quand j'ai fais pis.

 

- Il est certain, dit le duc, qui commençait à s'échauffer la cervelle en maniant Zéphire, que le crime a suffisamment de charme pour enflammer lui seul tous les sens, sans qu'on soit obligé d'avoir recours à aucun autre expédient, et personne ne conçoit comme moi que les forfaits, même les plus éloignés de ceux du libertinage, puissent faire bander comme ceux qui lui appartiennent. Moi qui vous parle, j'ai bandé à voler, à assassiner, à incendier, et je suis parfaitement sûr que ce n'est pas l'objet du libertinage qui nous anime, mais l'idée du mal ; qu'en conséquence, c'est pour le mal seul qu'on bande et non pas pour l'objet, en telle sorte que si cet objet était dénué de la possibilité de nous faire faire le mal nous ne banderions plus pour lui.

 

- Rien de plus certain, dit l'évêque, et de là naît la certitude du plus grand plaisir à la chose la plus infâme et le système dont on ne doit point s'écarter, qui est que plus l'on voudra faire naître le plaisir dans le crime et plus il faudra que le crime soit affreux. Et pour moi, messieurs, ajouta-t-il, s'il m'es permis de me citer, je vous avoue que je suis au point de ne plus ressentir cette sensation dont vous parlez, de ne plus l'éprouver, dis-je, pour les petits crimes, et si celui que je commets ne réunit pas autant de noirceur, autant d'atrocités, autant de fourberie et de trahisons qu'il est possible, la sensation ne naît plus.

 

- Bon, dit Durcet, est-il possible de commettre des crimes comme on les conçoit et comme vous le dites là ? Pour moi, j'avoue que mon imagination a toujours été sur cela au-delà de mes moyens ; j'ai toujours mille fois plus conçu que je n'ai fait et je me suis toujours plaint de la nature qui, en me donnant le désir de l'outrager, m'en ôtait toujours les moyens.

 

- Il n'y a que deux ou trois crimes à faire dans le monde, dit Curval, et, ceux-là faits, tout est dit ; le reste est inférieur et l'on ne sent plus rien. Combien de fois, sacredieu, n'ai-je pas désiré qu'on pût attaquer le soleil, en priver l'univers, ou s'en servir pour embraser le monde ? Ce serait des crimes cela, et non pas les petits écarts où nous nous livrons, qui se bornent à métamorphoser au bout de l'an une douzaine de créatures en mottes de terre.

 

Sade, Les 120 journées de Sodome, Éditions Le Tripode, p. 202-205

Écrire un commentaire