« Petite fable paradoxale | Page d'accueil | Echec et Mat ! »

jeudi, 09 septembre 2010

La nostalgie, le sentiment le plus humain ?

« On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s'y accroche une certaine nostalgie. »

 [Eve Belisle]

Montreal_002.jpg

 

Définie comme un mal du pays, ce sentiment nous est déjà tous arrivé, et nous arrivera encore. Pour ma part, je crois qu’avec le sentiment amoureux c’est un des sentiments les plus étranges de notre vie.  Ce sentiment est une sorte de mélancolie mais aussi d’une idéalisation des souvenirs que l’on a laissé quelque part, ou à un moment donné (enfance, adolescence état adulte ou amoureux…).

 

Celle-ci vient du terme grec : νόστος (nostos) : le retour et άλγος (algos) : tristesse, douleur, souffrance – Et signifie le mal du pays, c’est peut être pour ça qu’on en souffre quand on revient quelque part ou qu’on y arrive.

 

C’est une espèce de tristesse heureuse ou comme le dirait le dictionnaire : « une jouissance qui est douloureuse ».


 

nostalgie_fotoapperat.jpg

Accompagnée de larmes et de sourires, celle-ci unit les personnes qui ont vécu une époque ensemble, compagnons de voyages, amoureux, amis voir famille (plus rarement). 


On idéalise une époque, des personnes avec qui l’on était, et le plus étrange c’est que souvent lorsqu’on est en voyage on est nostalgique de certaines personnes, puis à notre retour les choses ont tellement changé dans notre esprit et dans notre être que nous sommes nostalgiques du temps où nous étions nostalgiques de ce temps là… (je sais pas si vous suivez, les grands voyageurs comprendront facilement). Le simple rappel d’un élément du passé nous replonge dans ce sentiment ô combien humain qu’est ce mal du pays, des retrouvailles avec des personnes nous ayant connu avant notre départ en sont par exemple un rappel profond. Ce qui ne signifie pas d’éviter de retourner vers ceux qui nous étaient proches avant, mais de pouvoir leur dire que nous sommes aujourd’hui changés, et que notre vie a été accélérée par notre départ.   Mais d’un point de vue sociologie (d’après le dictionnaire encore), il peut exister des personnes isolées qui se servent de celle-ci pour avoir un sentiment d’appartenance à une communauté ou quelqu’un… C’est dans bien des cas le fait de personnes nouvellement célibataires…

 

Des auteurs parlent d’une nostalgie utilisée en politique, souvent le fait de sociétés qui se disent nostalgiques, celle-ci est présentement le cas en France puisque les éléments s’y retrouvent encore, l’évocation d’un âge glorieux du passé, et le fort sentiment d’appartenance à cette société du passé par la majorité des membres de celle-ci. En France cela semble se traduire par les différents mouvements auxquels nous assistons et par les conflits générationnels existant (génération X et Y).

 

 Il faut savoir que cette nostalgie est plutôt dangereuse dans ce cas car nous pourrions bien assister à une société en pleine révolte, et arriver à une situation pire qu’aujourd’hui sous prêtexte de retrouver la grandeur passée (les extrêmes sont très présents dans les médias actuels) et de plus en plus de gens s’y rallient.  Jacques Ferron affirme quant à lui qu’ « Il vaut mieux garder la nostalgie d'un paradis en le quittant que de le transformer en enfer en y restant. » Cela pourrait-il être le cas aujourd’hui en France, ce qui expliquerait que bon nombre de partis politiques ne s’expriment pas sur les décisions qui font que bon nombres de nos concitoyens sont dans la rue ?

                                              

Dans un tout autre registre pour moi la nostalgie est ce qui semble nous rappeler que le temps passe, que nous sommes vivant et que nous avons beau y faire quoi que ce soit, nous avançons d’une manière ou d’une autre alors que Saint Exupéry avançait que la nostalgie était le désir d’on ne sait quoi…

 

J’ai rencontré personnellement ce sentiment plusieurs fois dans ma vie, le plus souvent ce fut lors de voyage ou plus précisément lors de mes retours. On pense y être préparé, on pense avoir tout fait pour être le moins nostalgique possible ou être plus fort face à elle pourtant, je l’avoue sans aucune honte cette nostalgie me poursuit inexorablement.  Pour autant devons nous lutter contre cette nostalgie ou apprendre à vivre avec ? Que signifie cette nostalgie qui m’envahit bien souvent ? Peut être dois je chercher dans cette nostalgie la perception de l’état présent par mon esprit, d’un temps fini et sans doute d’autres qui vont arriver et qui ne seront plus jamais pareils.

 

« La nostalgie ? Ca vient quand le présent n'est pas à la hauteur des promesses du passé. »

                [Neil Bissondath]

 

J’ai longtemps cherché à combattre cette nostalgie, mais je peux vous affirmer que cette nostalgie nous est indispensable pour nous réaliser, grandir et qui sait devenir un jour apte à en supporter d’autres… C’est bien de ça que nous parlons.  Et c’est ce qu’affirmait Albert Camus pour qui la pensée d’un homme réside avant tout dans sa nostalgie.

 

Notre nostalgie est sans doute le sentiment le plus étrange qui nous traverse et nous traversera, pour autant, s’il faut apprendre à vivre avec, il faut surtout apprendre à la faire s’amenuiser sous peine de profonde déprime. La nostalgie, ce mal du pays, doit être à la fois une motivation pour avancer et une motivation pour apprendre à se remettre en question et grandir.

 

Le « mal du pays » pourrait-il être là l’occasion d’apprendre à s’accepter comme l’on est et d’arriver à faire de son passé une force ? Peut être, à condition de ne pas  cultiver ce sentiment pendant trop longtemps… 

 

Et comme le dirait Ionesco, « Le fait d'être habité par une nostalgie incompréhensible serait tout de même le signe qu'il y a un ailleurs. »

 

Didier Reynaud, en souvenir de cet été 2010 rue montcalm ;-)

 

Commentaires

 

Magique...
Tout est dit

 

Très bel article.
Si je ressent parfois l'envie d'être nostalgique, je me laisse davantage happé par la mélancolie, cette nostalgie du temps présent.

Écrire un commentaire