Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 mai 2012

Les casseroles de la Belle Province

Montréal est en pleine effervescence, comme vous le savez des grèves étudiantes et maintentant générales se propagent dans tout le pays...

 

Ainsi, pour protester contre des hausses de 75% des frais de scolarités décrétés par le gouvernement Charest, les étudiants font grève depuis + de 3 mois !

 

A cela s'est ajouté depuis peu une mobilisation de toute la population suite à la promulgation d'une loi interdisant de manifester, des amendes exhorbitantes pour les manifestants et encore plus pour les organisations... Bien sur il n'en fallait pas plus pour réveiller une population souhaitant se faire entendre !

 

Alors, nos amis de la Belle Province manifestent et pour se faire entendre sont sortis avec des casseroles chaque soir depuis maintenant 3 jours pour faire entendre leurs revendications :

ACTU 002 (1).png

"Libérons nous des libéraux"

"Manifestons pour le droit de manifester"

"L'éducation pour tous"

"Dehors Charest" 

 

Voici quelques une des revendications qui plus globalement traduisent un ras le bol général de la situation, et en vidéo :


 

Nous reviendrons sur ces manifestations très prochainement ! Merci à CRBR pour ses illustrations toujours du tonerre ! www.crbrleblog.com

 

Courage à nos amis québecois, nous sommes avec vous, merci de nous de donner de l'espoir ! Comme quoi le changement n'est pas attendu qu'en France !

mardi, 26 mai 2009

L’Université : amour du savoir et anti-compétitivité

photo-127463.jpg

 

Je ne me retiens pas. Après plusieurs mois d'une lutte acharnée (qui n'est pas près de finir) des enseignants-chercheurs et des étudiants contre les réformes gouvernementales (voir l'article https://www.mapausecafe.net/archive/2009/02/11/sarko-le-p... ), l'édito de Bernard Maris (alias l'économiste Oncle Bernard pour les habitués) dans Charlie Hebdo (20.05.2009) fut tellement jouissant à lire (aussi bien que ceux du regretté Philippe Val) que je ne résiste pas, donc, à vous le livrer dans son intégralité. Cela dénote, encore une fois, une certaine flemmardise de ma part, j'en suis conscient (quoiqu'il faut se le retaper en entier le texte, hé !). Régalez-vous donc : « Etudiants, jouissez de la fac, profs, faites votre nuit du 4 août ! »

Lire la suite

dimanche, 12 avril 2009

Navire Night : nuit blanche de l’université Lyon 2

P4090024.JPG

C'est un évènement extraordinaire qui s'est tenu dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 avril à l'université Lumière Lyon 2. Une nuit blanche de conférences toutes plus passionnantes les unes que les autres, ancrées dans la conjoncture, et organisées par des universitaires de Lyon mais aussi de Saint-Etienne, Paris, etc. tous engagés dans la mobilisation contre la mise en place de la scandaleuse politique de l'enseignement supérieure actuelle. Pour plus de renseignements à ce sujet : https://www.mapausecafe.net/archive/2009/02/11/sarko-le-p...

 

De 18h30 au lendemain 8h00 le Grand Amphithéâtre a donc été le lieu d'un bouillonnement intellectuel et festif face au dogmatisme idéologique du gouvernement (il n'est donc pas étonnant que notre cher Président bien aimé se soit fait habiller pour plusieurs hivers...). En somme, la conjuration de savoirs contre l'obscurantisme des réformes en cours. Précisions du collectif Navire Night « Comme circonstance symbolique et pratique, la nuit demeure disponible dans les emplois du temps ; elle est propice au décloisonnement des institutions, à l'expression d'une transversalité disciplinaire, ainsi que d'une égalité citoyenne ; elle est de nature à favoriser une humanité des relations, de manière civique. Si une tradition universitaire peut suggérer une ligne générale d'intervention, cette tradition est celle de « l'université critique », collégiale, indépendante et démocratique, qui contraste fortement avec les desseins d'une université « entrepreneuriale » ou « managériale ». Par cet événement fédérateur, nous espérons contribuer au véritable sens de « l'autonomie » des universités et de la recherche. »

 

Laissez-vous embarquer pour une longue croisière de l'intelligence, si rare à notre époque de l'inculture décomplexée et assumée, placée sous le signe du Kairos. Larguez les amarres !

Lire la suite

Navire Night : nuit blanche de l’université Lyon 2 (suite)

La suite du riche programme de conférences lors de cette nuit exceptionnelle.

Lire la suite

mercredi, 11 février 2009

Sarko le pyromane et l’université de paille

valerie-pecresse.jpg

 

A l’heure actuelle, le monde universitaire (une cinquantaine de facs) est mobilisé collectivement en organisant des manifestations toutes les semaines ainsi que des assemblées générale dans les facs, des débats, des projections, des rencontres, etc. au sein de journées banalisées. La ministre de la Recherche, Valérie Pécresse fait l’unanimité contre elle, comme Xavier Darcos (ministre de l’Education) face aux professeurs de droite du secondaire… Pourquoi un tel mouvement, légitime et démocratique, a-t-il pris une telle ampleur ?


Dans cette salutaire mobilisation on trouve, à gauche : le syndicat majoritaire Snesup, le mouvement Sauvons la recherche, les syndicats étudiants Unef, FSE, Sud, etc. le mouvement sauvons l’université. Mais aussi à droite : le syndicat autonome Sup et Défense de l’université, la coordination des profs de droit basée à la fac d’Assas. Des facs comme Lyon 3 ou l’IEP d’Aix-en-Provence ont également voté la grève, parfois pour la première fois de leur histoire !


La mobilisation de l’Université, de même que les puissantes manifestations du 29 janvier (1,5 millions de manifestants environ… 42 selon la police) se dressent contre la politique menée par Nicolas Sarkozy et le gouvernement de François Fillon contre la jeunesse et les salariés. Le 22 janvier, la première coordination nationale des universités a appelé, d’une seule et unique voix, à une « grève totale, reconductible et illimitée » et elle a fixé les objectifs suivants : le retrait du décret sur le statut des enseignants-chercheurs, et le retrait du projet de « mastérisation » des concours de recrutement des enseignants du premier et du second degré.

Lire la suite

jeudi, 29 janvier 2009

Communiqué UNEF Grêve du 29 janvier !

SARKO-GREVES.jpg

 

 

Afin de pouvoir contribuer à sa façon aux manifestations, l'équipe de mapausecafé, souhaite transmettre le communiqué de l'UNEF.

 

L’UNEF lance une campagne dans les universités et appelle les étudiants à participer aux manifestations du 29 janvier



Le gouvernement met notre avenir « en soldes »



Le malaise des jeunes n’est pas une fatalité, ni sans explications. Il se nourrit aujourd’hui des inquiétudes suscitées par la politique du gouvernement, notamment en direction des étudiants. Les inquiétudes liées aux difficultés à obtenir un diplôme sont au cœur du malaise de la jeunesse. Malgré la crise, le gouvernement n’a pas fait l’aggiornamento nécessaire de sa politique universitaire. L’inquiétude des étudiants face à l’avenir en temps de crise vient s’ajouter aux mécontentements budgétaires et déceptions accumulés dans les universités ces derniers mois.



En creusant les inégalités entre universités, en supprimant des postes dans 75% d’entre-elles à la rentrée prochaine et en refusant d’améliorer les conditions de vie étudiantes ou de sécuriser l’accès à l’emploi des jeunes diplômés, le gouvernement fragilise l’avenir des jeunes qui vont devoir affronter sans protection la crise et la remontée du chômage.

Lire la suite

lundi, 26 janvier 2009

La Poste, un des derniers créateurs de lien social

la poste.jpg

 

En pleine crise bancaire, vouloir privatiser La Poste semble absurde et illégitime. Panique, le gouvernement envoie des messages contradictoires à l’opinion publique : dimanche 2 novembre, Henri Gaino, le conseiller spécial de Sarkozy, affirmait que l’ouverture du capital n’était plus à l’ordre du jour, avant de revenir sur ses déclarations quelques heures plus tard…

 

Au-delà du fait que cela supprimera le lien social dans des zones isolées et enclavées (le facteur est la seule relation extérieure pour bon nombre de petites gens), le projet de privatisation menacerait le timbre à prix unique et la distribution universelle, des conquêtes républicaines. L’égalité accès des citoyens au service postal constitue l’une des réformes marquantes de la révolution de 1848. Arago, ministre du gouvernement provisoire de la IIème république, instaure la péréquation postale et crée le premier timbre (à l’effigie de Cérès, déesse de la Moisson en hommage aux campagnes). La mise en concurrence de La Poste mettra fin à ce système juste qui oblige les Neuilléens à payer les colis et courriers des personnes modestes. Le projet du gouvernement prévoit que l’entreprise publique devienne une société anonyme dès le 1er janvier 2010, avant d’ouvrir son capital, le 1er janvier 2011, pour récolter des fonds et devenir cette multinationale carnassière qui saura défendre ses quartiers et conquérir des marchés dans le cadre de la mise en concurrence totale du courrier au sein de l’Union Européenne en 2011. Afin de légitimer cette privatisation, Sarkozy a nommé, mi-septembre, une « commission pour le développement de La Poste », présidée par François Ailleret, un ancien dirigeant d’EDF, spécialiste de la privatisation des entreprises publiques. La commission Ailleret réalise en ce moment un audit et remet son rapport le 15 décembre.

 

Samedi 22 novembre, une journée nationale d’action des postiers et des usagers se déroula, à l’appel du Comité national de mobilisation contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et pour un référendum sur le service postal. Le comité regroupa les principales organisations syndicales, politiques et associatives de gauche : la CGT, Sud, la CFDT, FO, CFCT, les Verts, le PS, le PC, la LCR, NPA, le Conseil national de la résistance, la LDH, etc… ainsi que le député non inscrit de droite souverainiste Nicolas Dupont-Aignan. Ce qui donne une idée de l’ampleur du mouvement, qui n’est pas prêt de faiblir.


Plusieurs liens utiles :


www.appelpourlaposte.fr


Pétition de la CGT (200 000 signatures déjà) : www.cgt.fr


Vivent les services publics : www.v-s-p.org

 

Sylvain Métafiot


Source : Charlie Hebdo (05/11/2008)